Comme vous le savez, les élections qui devaient se tenir le 11 août dernier, ont été suspendues en raison des problèmes de confection du Registre et de la liste des membres de la Première Nation des Abénakis de Wôlinak. Le Conseil a saisi la Cour fédérale de cette question afin de tenter de remédier aux problèmes constatés préalablement à la tenue des élections.

Dans cette perspective, le Conseil s’est entendu avec les procureurs des Landry et la Registraire afin de participer à une séance de médiation en Cour fédérale qui aura lieu le 21 janvier prochain, afin de tenter de trouver des solutions durables au présent litige.

Puisque le Registre et la liste des membres de notre Première Nation n’ont jamais été tenus conformément aux prescriptions de notre Code d’appartenance, leur mise à jour pose plusieurs difficultés. Bien qu’il soit dans l’intérêt de tous que des élections soient tenues dans les meilleurs délais, le Conseil estime que les membres de la Première Nation sont en droit de s’attendre à ce qu’elles se tiennent sur la base d’une liste électorale exacte, complète et fiable.

Par conséquent, lors de la médiation du 21 janvier, le Conseil entend simplement réitérer son offre de collaborer à la mise à jour du Registre et de la liste des membres, afin que les élections puissent se tenir le plus rapidement possible.

L’exercice de nos droits démocratiques nous concerne tous et le Conseil demande la collaboration de l’ensemble de la population afin de s’assurer que nous puissions les exercer, conformément à notre Code d’appartenance et notre Code électoral, dans les meilleurs délais.

Votre Conseil sollicite donc l’appui de tous afin que nous puissions enfin mettre la liste des membres à jour. Nous demandons aux personnes pour lesquelles les informations du Registre sont incomplètes ou manquantes de bien vouloir se manifester et mettre ces informations à jour le plus rapidement possible, afin que les élections puissent enfin se tenir, et que nous puissions mettre un terme au mandat du séquestre-administrateur qui gère notre entente de financement, et paralyse les activités du Conseil.

CONSULTEZ L’AVIS COMPLET EN CLIQUANT ICI.